Le monde de Kopano – FRANSWA

Le Thème. 

La confrontation entre deux Univers.

FRANSWA - Le Monde de Kopano

Une Citation.

C’est du bla-bla pseudo-psychologique, des poncifs niais écrits sur les sites féminins pour contenter la future maman plutôt que pour aider le papa fébrile

L’histoire en quelques mots.

Ernest, En couple avec Sophie, enceinte.
Paris, Milieu privilégié, Manipulateur Radio à l’hôpital
Kopano, Vit en famille avec sa mère Duduzile, son père de cœur Themba, son frère Lindani.
Le Cap, ou plus précisément, un bidonville (township). Ecolier depuis peu.

Une étude sur l’alcoolisation fœtale va provoquer une de ces rencontres qui n’auraient jamais eu lieu. Une recherche neuroscientifique, qui bien au-delà de sa technicité, va bouleverser leur vie à tous les deux.

Ce que j’en ai pensé.

Pour commencer, j’ai remarqué des petits couacs qui peuvent freiner la compréhension, que ce soit des erreurs de mots, ou même un changement de lieu qui s’effectue dans un même paragraphe, sans aucune indication.

Mais au-delà de cela, j’ai été séduite par ce livre.

Par l’alternance maîtrisée entre Le Cap et Paris, avec des descriptions précises et enflammées.

Par la construction des personnalités, fiable et réaliste et notamment l’évolution douce de la psychologie et des pensées d’Ernest, lors de ses tours et détours dans Paris, lors de ses escapades au Cap. Il est agaçant avec ses caprices d’adulte de pays riche, et en même temps, ne sommes nous pas parfois comme lui ? Puis, il nous ouvre la voie vers les pensées d’un jeune homme qui va devenir père avec un point de vue plus qu’intéressant sur la conception d’un enfant, et le fait que cela devienne superficiel dans la société. On se retrouve ainsi avec un futur père, heureux de l’être sur le moment grâce au contexte mais qui en fait, ne l’a pas réellement choisi… Il se rend compte qu’il n’a été qu’une marionette. Aucun pan de sa vie n’y échappe. Son cheminement se ressent dans l’écriture, sans brutalité, contre-sens ou précipitation. La psychologie est travaillée finement.

Par le réalisme de certains passages en Afrique du Sud qui vous prennent aux tripes. Vous le refusez mais ça arrive sous vos yeux, que ce soit la mort d’un bébé, une tentative de viol, une découverte de SIDA ou des effets de l’alcoolisation fœtale. D’ailleurs, il nous offre un bel aperçu du syndrome d’alcoolisation fœtale et de ses conséquences directes sur le quotidien de Kopano. Ces passages sont froids, brutaux. Autant qu’ils peuvent l’être dans la vie… Ce texte nous amène à réfléchir également sur l’apartheid, aux pays dans une époque post-coloniale, avec de nombreuses références à Madiba, ses livres (que je vous recommande également), la géographie et les jeux de pouvoirs.

Et par dessus tout, j’ai toujours été sensible aux Contes Africains…

Je remercie les Editions Chemin Vert pour ce beau partenariat, et Franswa pour m’avoir emporté avec lui dans son histoire. Une belle plume, un bon guide.

valentines14

Publicités

Exprimez-vous sur le sujet...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s