Louis et Moi – NES

Le Thème.

L’oubli. L’oubli de quelqu’un qui meurt, l’oubli du Vieux de la gare, l’oubli de ceux qu’on ne voit pas, ou qu’on ne veut pas voir. L’oubli, cet assassin sournois.

NES - Louis et moi

Une Citation.

Pour être rayée des listes, il suffisait de ne plus exister aux yeux des autres.

L’histoire en quelques mots.

L’Histoire d’une jeune fille, dont le frère jumeau meurt dans un accident de moto alors qu’il la rejoignait.
L’Histoire d’une jeune fille, entourée par ses parents et ses ami(e)s Jocelyne, Rachel, Tristan et Anna.
Même si Anna n’est pas vraiment là, même si Tristan est lui aussi patient dans un hôpital psychiatrique. Oui parce que cette jeune fille, elle bascule dans un univers si loin du notre, qu’elle en perd les pédales.

Ce que j’en ai pensé.

Le compte à rebours est lancé, et ce n’est pas une figure de style que de dire ça comme ça… Cette histoire vous berce d’anecdotes sur le passé des jumeaux, avec une écriture enfantine, drôle et touchante. Vous percevez la complicité et la fusion de ces deux êtres… Inversement, vous arrivez à un point, où vous vous êtes tellement laissé emporter par la fluidité des phrases que vous sentez que vous plongez dans des eaux sombres, profondes. Vous sentez le drame arriver. La mort de Louis.

Et vous vivez ce deuil au fil des pérégrinations psychiques de la narratrice. « A vrai dire, je ne sais plus trop qui je suis. Je n’ai jamais appris à être « je » puisque nous étions « nous ». Il me manque quelque chose, il me manque une partie de moi, il me manque, tout court. » Sous le poids des regrets et remords, l’ambiance devient lourde mais pas longue. Vous ressentez ses émotions grâce à la plume pudique de NES. Elle a aussi le sens des tournures, tranchantes dans le vif, percutantes comme autant de coups de poing dans le ventre.

Pour la suite, vous allez au devant d’une révélation. Le deuxième drame concerne la folie dans laquelle sombre notre narratrice. On sait qu’elle débloque. On le sent. On en doute parfois, parce qu’on se dit qu’elle va s’en sortir. Mais la spirale descendante est toujours là, en fond. Et elle vous entraîne toujours..

Toute cette histoire est sombre, mais elle se révèle agréable à plusieurs reprises, avec quelques pincements au cœur. Il y a une justesse des mots, une profondeur. Sous la plume de NES, les mots sont loin d’être superficiels, mielleux, mièvres ou autre. Ils nous offrent une humanité à chaque petit moment, y compris lors des allusions discrètes sur la vie des personnages secondaires comme la passion commune de Papa et Tonton Henry.

Cependant, il y a deux-trois bémols. Des fautes de grammaire et de conjugaison. Une petite confusion possible au début liée à l’utilisation de Joyce comme surnom de Jocelyne sans le laisser entendre au départ. Et l’intervention d’un personnage dans un dialogue qui était pourtant absent en début de scènes.

Mis à part ça, c’est une belle lecture qui m’a tenu en haleine, et que j’avais du mal à abandonner ! Je remercie les Editions du Chemin Vert pour ce partenariat.

smiley3

Publicités

Exprimez-vous sur le sujet...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s