Si peu d’endroits confortables – Fanny SALMERON

Le Thème.

La solitude rapproche, parfois …

Une Citation.

Je ne sais pas si deux solitudes s’annulent, je ne sais pas si elles se consolent. Je ne sais pas si au contraire elles ne forment pas un vide encore plus grand.

L’histoire en quelques mots.

Deux êtres, l’une abandonnée et l’autre perdu, sont en proie à une solitude mordante. Ils vont tenter de se réchauffer, et mettre un peu de couleur dans leur vie parisienne grisâtre.

Ce que j’en ai pensé.

Au fil des pages, le roman met en scène deux personnages qui sont seuls, ensemble. Hormis cet état de fait et une fin plutôt prévisible, les caractères sont esquissés, peu approfondis. A mes yeux, le travail sur la psychologie des personnages et leurs liens sont essentiels dans mes lectures. Cette superficialité me complique donc largement l’identification ou l’attachement à l’un des deux. Il y a néanmoins une certaine cohérence et régularité dans tout le livre.

Avec un style qui se veut poétique mais me laissant insensible, même si je reconnais que les phrases peuvent parfois être belles, l’auteur posent les mots mais il me manque la profondeur, l’authenticité, les émotions. Je ressens même une certaine exagération mélodramatique quant aux scènes parisiennes. Une impression d’images déjà décrites, de procédés déjà exploités.

Je suis rarement autant passée à côté d’un livre mais nos sensibilités sont toutes différentes !

Publicités

Exprimez-vous sur le sujet...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s