Les Hauts de Hurlevent – Emily BRONTË

Le Thème.

Une Passion Destructrice…

Une Citation.

Le monde entier est une terrible collection de témoignages qui me rappellent qu’elle a existé, et que je l’ai perdue! 

L’histoire en quelques mots.

Heathcliff, Enfant recueilli et rejeté, aimé et détesté. Heathcliff, en proie à une passion dévorante qui le mènera à détruire le destin de trois familles.

Ce que j’en ai pensé.

Un vrai Coup de coeur pour ce roman qui m’a surprise de bout en bout. Je ne m’attendais pas du tout à cette claque. J’avais acheté ce classique de la littérature anglaise aux éditions Point2 pour me « pousser » à la découverte en l’emportant partout avec moi. J’ai regardé des sujets sur le roman et là, révélation. Je n’ai pas fait attention au traducteur. J’ai cherché et trouvé un site qui comparait 4 traducteurs il me semble, sur un même passage. L’une d’elles m’a clairement plu pour son ambiance. C’était la traduction de Frédéric Delebecque… et j’ai eu le plaisir de voir que c’était celle que j’avais.

En m’arrêtant quelques instants sur la littérature anglaise, c’était mon premier et je suis subjuguée par sa puissance. J’ai adoré le style d’Emily Brontë, les tournures, les différentes narrations et les émotions qui transparaissent derrière chaque mot si bien que je crains la déception pour Jane Austen ou d’autres soeurs Brontë.

J’ai complètement plongé dans l’écriture que j’ai trouvé très abordable, fluide et pas du tout représentative de ce que j’imaginais pour la littérature anglaise puisque je n’ai justement pas trouvé de côté vieillot.J’ai complètement accroché aux narrateurs que ce soit Hélène/Nelly ou Lockwood. C’était un pur plaisir de les écouter et les imaginer. J’ai aimé leurs partis pris, leurs façons d’interpréter et de s’immiscer dans les évènements. Y compris la particularité de Joseph même si je devais m’y prendre à deux fois pour le comprendre, c’était avec le sourire. J’ai trouvé les envolées lyriques très belles et savouré les descriptions qui m’ont plongé dans un instant présent, très facile à se représenter. J’ai adoré l’ambiance sombre, glauque. Les troubles qui agitent cette famille, leurs tourments… Ce huis-clos est absolument superbe, il ne donne pas envie d’en sortir par la beauté des paysages, le mystère qui entoure les lieux, les histoires. Et puis, je me répète mais je ne souhaitais qu’une chose, retrouver Heathcliff. Je ne pouvais/voulais donc pas m’échapper ! Je me rends vraiment compte à chaque fois que j’écris que c’est plus qu’un coup de coeur pour cet Homme.

J’aime Heathcliff, et mon Coup de Coeur pour ce livre vient particulièrement de sa présence. Je l’ai aimé Enfant, Adulte, Vieillard. Je l’ai aimé Amoureux, Pouilleux, Classe, Vengeur, Sombre, Hanté, Torturé, Manipulateur et Pervers. Par contre, il y a une chose que je n’ai pas aimé : son Absence dans certains passages! donsmofb (37)  (Ce qui fait qu’elle me poussait à continuer pour le retrouver… Et à ralentir ma lecture pour ne pas le quitter.) J’ai aimé toute sa psychologie, tous ses tourments, tout son personnage. Je l’ai trouvé profondément sincère et touchant dans son amour pour Catherine (La réciproque étant fausse pour moi) J’ai été remarquablement retournée par sa présence, son emprise, par le fait qu’il arrive à faire pendre le chien d’Isabelle par elle-même. Et puis son attraction qui fait que même si elle le déteste, elle le sauve. Il est puissamment fort et attractif. Et… Je n’ai pas supporté de savoir qu’il allait mourir sur la fin, mais le savoir errant, heureux et amoureux me ravit. Il est là quelque part.  

Et une Merveilleuse lecture pour moi en cette année 2015.

Publicités

Derrière toute chose exquise – Sébastien FRITSCH

Le Thème.

Les passions dévorantes. De la souffrance à la lente destruction.

FRITSCH Sebastien - Derrière toute chose exquise

Une Citation.

L’absence c’est surtout cela : répéter la même chose à chaque seconde. Simplement parce que je ne sais pas que j’ai changé de seconde. Parce que je ne sais pas que le temps avance, que le temps existe encore. Parce qu’il me semble que plus rien n’existe. 

L’histoire en quelques mots.

Un homme mûr, photographe, sûr de lui, de son charme, de son ascendant, qui s’acharne à être un sauveur d’âmes perdues qu’il réhabilite dans la vie, qu’il amène à reprendre contact dans la vie puis qu’il quitte. Toujours ce même scénario qui a l’air de lui réussir. Jusqu’à une rencontre qui va chambouler toutes ses petites habitudes, et dérégler tous ses mécanismes. Jusqu’à cette rencontre qui va changer sa vie à jamais, pour son plus grand plaisir !

Ce que j’en ai pensé.

Une couverture avec une photo envoûtante et un titre des plus mystérieux, c’était ce qui avait attiré mon œil. Le résumé était dans la même lignée. Intriguant, intéressant, inspirant.

À la réception, un sourire se dessine sur mon visage à la vue du petit format. Je vais pouvoir m’y atteler partout. Je n’aurais cependant pas vraiment besoin de l’emporter partout puisque j’ai mis deux jours à le lire. Chapitre un, je reprends mon souffle. Dès la première ligne, dès le premier mot, j’ai été entraînée par l’image d’un personnage. Si réaliste, si réel sous la plume fluide et émotive de l’auteur, que je découvre totalement.

Des lieux particuliers pour une lente destruction. J’ai voyagé aux côtés de Jonas lors de ses pérégrinations urbaines et psychiques. Il nous offre des balades solitaires, des errances poétiques. Il nous enivre de mots. Il nous berce et nous secoue. L’on découvre un talent particulier pour la force de description. J’en suis scotchée.
Chaque chapitre se termine sur un rebondissement, et l’on ressent la frustration lorsqu’on lit les premiers mots du chapitre suivant, de comprendre que l’auteur a décidé de ne pas poursuivre sur cette perche tendue mais de nous emmener sur un autre pan de son histoire. Tout cela renforce cette envie de continuer le roman, tout en augmentant le malaise. Cela offre un rythme haletant. Une histoire bien ficelée, envoûtante comme je l’avais espéré et même plus. La psychologie des personnages est ciselée, travaillée. Face à un portrait des plus cruels, vous pouvez croire à une noirceur d’âme, mais au fond, vous trouvez la souffrance de l’un et l’abnégation de l’autre.
Après une lecture si intense, il me reste quelque chose. L’absence et le silence. Le vide et le froid.

Et enfin, si vous ne connaissez pas l’œuvre d’Oscar Wilde, vous aurez probablement comme moi à la fin, l’envie de le lire tellement les citations choisies de Dorian Gray sont particulières.

Ce roman est une vraie découverte. Et le talent de son auteur aussi.

hearts1